A+ A- A

Sainte-Julie se réjouit du projet de prolongement du REM sur la Rive-Sud et veut l’accueillir sur son territoire

C’est avec beaucoup de satisfaction que la mairesse de Sainte-Julie et préfète de la MRC de Marguerite-D’Youville, Mme Suzanne Roy, a appris hier que le gouvernement Legault projette de prolonger le Réseau express métropolitain (REM) dans l’axe est-ouest sur la Rive-Sud. Elle espère que ce projet se réalisera dans le corridor de l’autoroute 30 pour s’étendre jusqu’à l’échangeur A-20/A-30 et, mieux encore, à Sainte-Julie.

« Je félicite le gouvernement pour cette initiative! Si celle-ci se rendait jusqu’à l’échangeur A-20/A-30, elle desservirait tout l’est de la Montérégie, de Sainte-Julie à Saint-Hyacinthe, en passant par Beloeil, ainsi que de Boucherville à Sorel en incluant Varennes. Nous savons à quel point les autoroutes 20 et 30 sont régulièrement congestionnées alors ce prolongement contribuerait à augmenter l’achalandage du REM et à le rentabiliser, en plus de réduire les embouteillages sur les grands axes routiers. Cela profiterait autant à l’environnement qu’à l’économie », commente Mme Roy.

Pas plus tard que le 10 février dernier, la mairesse de Sainte-Julie a d’ailleurs écrit au ministre des Transports, M. François Bonnardel, afin de réclamer que le prolongement du REM dans l’axe de l’autoroute 30 demeure dans les cartons du ministère des Transports du Québec (MTQ). « Nous avons déjà mis en lumière les difficultés auxquelles seront confrontées les autobus qui devront affronter la congestion des autoroutes 20 et 30 et un long détour local à Brossard pour déposer au REM les citoyens de l’est de la Montérégie. Sachant que ces passagers accédaient précédemment au centre-ville de Montréal directement et sans changement de mode de transport, la fluidité du service et surtout la facilité d’accès au REM sont des enjeux de taille », expliquait notamment Mme Roy dans cette correspondance. La MRC de Marguerite-D’Youville a pour sa part appuyé cette démarche en adoptant une résolution à cet effet lors de son assemblée du 11 février.

Si ce projet se concrétise, Mme Roy souhaiterait qu’il se rende à Sainte-Julie qui est déjà équipée d’un stationnement incitatif régional, d’une vélostation couverte et de toutes les commodités pour recevoir un maximum d’usagers. « Si c’est possible, nous accueillerons le REM à bras ouverts. Le transport collectif a toujours figuré au coeur de nos priorités et c’est encore plus le cas aujourd’hui, sachant que la mobilité durable est l’un des plus grands défis que nous devons relever collectivement. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous offrons le transport collectif local gratuit à Sainte-Julie », conclut Mme Roy.

Sources :

Service des communications, relations avec les citoyens et ville intelligente
Ville de Sainte-Julie
450 922-7092
communications@ville.sainte-julie.qc.ca

Share