A+ A- A

Historique

En 1979, la Société québécoise voit les anciennes structures «conseil de comté» remodelées en «Municipalité régionale de comté» où l’aménagement du territoire en constitue la pierre angulaire.
 
Dans cette foulée, la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme est adoptée. De cette Loi découle l’obligation pour les MRC du Québec d’élaborer et de maintenir en vigueur un schéma d’aménagement applicable sur l’ensemble de son territoire.
 
C’est en 1982 que la MRC de Lajemmerais a vu le jour.
 
La MRC a été nommée en l’honneur de Marie-Marguerite Du Frost de la Gesmerays (1701-1771), fondatrice de la Congrégation des Soeurs Grises de la charité de l’Hôpital Général de Montréal. Cette femme, mieux connue sous le nom de Mère Marguerite d’Youville, est née à Varennes et y a séjourné jusqu’en 1721. Le nom de la MRC rappelle donc ce personnage illustre ayant vécu sur le territoire de la MRC et qui a marqué l’histoire de la colonie.
 
Lors de sa création, la MRC de Lajemmerais regroupait alors sept municipalités, soit Boucherville, Calixa-Lavallée, Contrecœur, Saint-Amable, Sainte-Julie, Varennes et Verchères. Au départ, la MRC ne devait que gérer le schéma d’aménagement en sus des anciens pouvoirs des conseils de comté, mais une fois le schéma d’aménagement bien arrimé, de nouveaux projets se sont présentés à la MRC.
 
Dès 1991, la population a été invitée à participer à la collecte sélective déviant un nombre grandissant de tonnes de matières recyclables des sites d’enfouissement. En juin 1998, la MRC contribuait à la création et à la mise en place du CLD de Lajemmerais depuis 2009 s’est installé dans les anciens locaux du presbytère de la municipalité de Verchères.
 
En 2001, de nouveaux services ont vu le jour. Il s’agit d’abord du service de transport adapté, qui, bien qu’il desservait à l’époque les municipalités de Saint-Amable, Sainte-Julie, Varennes et Verchères, dessert aujourd’hui l’ensemble du territoire et d’autre part, de l’arrivée d’un chargé de projet en sécurité incendie qui devait produire un schéma de couverture de risques en sécurité incendie.
 
Issue d’une volonté politique de centraliser et de réduire les coûts de gestion, la décision de rapatrier les activités administratives et judiciaires de la cour municipale au sein de la MRC de Lajemmerais a été prise en 2002 par une délégation de compétence à la MRC. En juillet 2003, la MRC de Lajemmerais inaugurait à ces fins, la cour municipale régionale.
 
En juin 2010, le conseil de la MRC entreprend les démarches pour demander au Ministères des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire (MAMROT) l’autorisation de changer le nom de la MRC de Lajemmerais pour celui de la MRC de Marguerite-D’Youville. Par cette demande, le conseil désirait accorder au territoire non seulement une identification plus claire, mais aussi reconnaître l’apport exceptionnel de Marguerite-d’Youville pour l’ensemble du Québec. C’est ainsi que le 12 février 2011, la Gazette officielle du Québec a publié l’avis du ministre du MAMROT, M. Laurent Lessard, annonçant que le changement de nom était en vigueur depuis le 21 décembre 2010.
 

 

Maison Jean-Marie-Moreau

 

 Maison Jean-Marie-Moreau Construite vers 1800, cette ancienne maison est retracée dans les registres à partir de 1859, année où elle est vendue aux enchères. La maison était alors la propriété par succession de Dame Blanchard, veuve de François-Xavier Colette, marchand de la paroisse de Verchères.
 
Au 20e siècle, la maison devient propriété municipale et est utilisée conjointement par le bureau d’enregistrement et le conseil de comté. Par la suite, en 1982, la maison est acquise par la Municipalité régionale de comté (MRC) de Lajemmerais (aujourd’hui connu sous le nom de Marguerite-D’Youville) nouvellement constituée. Ses bureaux administratifs, ainsi que ceux de la cour municipale régionale y ont élu domicile.
 
Le bâtiment a été nommé Maison Jean-Marie-Moreau en 1984 afin de rendre hommage au maire de Verchères (1967-1982), préfet de la MRC (1982-1984) et président de l’Union des conseils de comté du Québec (1970-1983).
 

 

Logo

 

mrc_m_dyouville_rgb_201111193941Le sigle de la MRC de Marguerite-D’Youville rappelle les traits marquants du territoire, soit le fleuve, les boisés et les espaces verts, le patrimoine, les industries et l’homme dans son milieu; d’où les couleurs bleu et vert choisies pour représenter les deux premiers éléments et la forme du sigle dont chacune des parties représente soit le buste d’une personne, le fleuve, un arbre et un bâtiment, ce dernier faisant référence au domaine bâti patrimonial ou industriel.

Share