A+ A- A

Bannissement des sacs de plastique

UN VASTE MOUVEMENT

L’initiative des municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) de bannir les sacs de plastique s’inscrit dans la volonté des villes du monde qui, réunies à Paris en 2015 dans le cadre de la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, ont convenu collectivement d’accélérer le pas dans la lutte aux changements climatiques.

Les municipalités du Grand Montréal entendent donc faire leur part et contribuer à l’effort collectif mondial pour l’environnement en incitant les consommateurs et les commerçants à adopter des comportements écoresponsables.

Les municipalités de la MRC de Marguerite-D’Youville ont également convenu de faire leur part en bannissant certains types de sacs d’emplettes de plastique dans les commerces de détail dès le 1er janvier 2018.

La MRC franchira ainsi une nouvelle étape dans la gestion des matières résiduelles puisque cette mesure coïncidera avec le début de la collecte des matières résiduelles organiques sur le territoire.

Les sacs sont néfastes pour l'environnement

 

IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX IMPORTANTS

Actuellement, entre 1,4 et 2,7 milliards de sacs d’emplettes, principalement des sacs de plastique, sont distribués chaque année au Québec. Seulement 14 % de ces sacs sont récupérés !

En plus d’être une nuisance visuelle, les sacs de plastique perdus ont des impacts importants sur les écosystèmes terrestres et marins et leur dégradation peut prendre plusieurs années. Les particules de plastiques ingérées par la faune entrent dans la
chaîne alimentaire océanique, dont l’humain fait partie.

Les sacs de plastique à usage unique sont dommageables pour l’environnement, car leur production requiert des produits pétroliers et de l’eau et génère des gaz à effet de serre.

Malheureusement, il n’y a toujours pas de solution rentable pour le recyclage de ces sacs, tant sur les plans écologique qu’économique. Voilà pourquoi la majeure partie d’entre eux se retrouve dans les sites d’enfouissement.

 

 

CYCLE DE VIE D’UN SAC DE PLASTIQUE

Cycle de vie des sacs de plastique

1 seconde, 20 minutes et 1 000 ans :

ces trois chiffres-clés résument le cycle de vie d’un sac de plastique :

  • sa fabrication, en plus d’être très simple, est extrêmement rapide : 1 seconde ;
  • son utilisation commence au moment où il est distribué chez le commerçant et se termine chez le particulier : en moyenne, elle dure 20 minutes ;
  • après, le sac est en général jeté et il met jusqu’à 1 000 ans pour se dégrader dans la nature.

 

OBJECTIFS

L’objectif principal du retrait des sacs de plastique à usage unique dans les commerces est de réduire les impacts sur l’environnement.

Plus spécifiquement, le bannissement vise les objectifs suivants :

  • soutenir la réduction à la source;
  • favoriser l’utilisation de sacs réutilisables et recyclables;
  • réduire la quantité de sacs de plastique abandonnés dans les écosystèmes terrestres et marins;
  • éliminer d’ici 2025 la quantité des sacs enfouis;
  • favoriser l’harmonisation de la réglementation municipale sur l’ensemble du territoire de la CMM.

 

LES SACS DE PLASTIQUE VISÉS PAR L’INTERDICTION

Le bannissement concerne la distribution, dans les commerces de détail, de sacs d’emplettes de plastique d’une épaisseur de moins de 50 microns.

Cette norme est inspirée d’une directive européenne, une norme équivalente étant également utilisée aux États-Unis, dans l’État de la Californie. Au-delà de cette épaisseur, il est peu probable qu’un sac s’envole et devienne un déchet sauvage.

Les sacs oxodégradables, biodégradables et compostables sont également visés par l’interdiction.


LES SACS DE PLASTIQUE QUI NE SONT PAS VISÉS PAR L’INTERDICTION

L’interdiction prévoit des exceptions. Ainsi, les sacs suivants ne sont pas visés :

  • les sacs d’emballage en plastique utilisés à des fins d’hygiène pour les denrées alimentaires et les produits en vrac;
  • les sacs de plastique contenant du matériel publicitaire, dans le cadre d’une distribution porte-à-porte;
  • les housses de plastique distribuées par un commerce offrant le service de nettoyage à sec;
  • les produits déjà emballés par un processus industriel;
  • les sacs de plastique pour les médicaments délivrés au comptoir des pharmacies;
  • les sacs de plastique d’une épaisseur de 50 microns et plus.


OPTIONS DE REMPLACEMENT

L’option idéale pour faire ses emplettes est l’utilisation d’un sac réutilisable, fait d’une seule matière, recyclable et produit localement dans la mesure du possible. 

Vous avez oublié vos sacs réutilisables à la maison? Pas de problème! Dans le but de réduire à la source, vous pourriez simplement apporter vos items dans vos mains lorsque c’est possible. Si ce n’est pas le cas, sachez que la plupart des grands détaillants pourront vous proposer l’achat d’un sac réutilisable, ou encore vous remettre une boîte ou un sac de papier.

Le truc pour ne pas être pris au dépourvu est de toujours laisser plusieurs sacs réutilisables dans la voiture… Il suffit d’y penser!


Vous avez des questions? Contactez-nous :
Dominic Gauthier
Technicien en environnement
450 583-3301 #327

Pour plus d’information, vous pouvez également consulter
le site de la campagne « JE FAIS MA PART » 

Bandeau bas

Share